La Liguidho : a accordé un appui juridique à 215 détenus. - Renaissance FM
Accueil » Actualités » La Liguidho : a accordé un appui juridique à 215 détenus.
21729940_464901457225186_975242072_o

La Liguidho : a accordé un appui juridique à 215 détenus.

La détention des femmes et mineurs dans les maisons carcérales Guinéennes, préoccupe la ligue Guinéenne des droits de l’Homme. La Liguidho à travers son projet de bonne gouvernance et Etat de droit vient d’apporter une assistance juridique et judiciaire à 215 femmes et mineurs en détention aux maisons centrales de Conakry et Kindia.

Avant d’apporter cette assistance juridique et judiciaire, la Liguidho a d’abord cherché à connaitre la situation pénale de chaque détenu ciblé.

Cet appui juridique qui concernait finalement 200 femmes et mineurs est allé finalement au-delà des objectifs visés. Au lieu de 200, c’est 215 détenus  qui ont été assistés.

Cela à cause du besoin croissant en matière d’assistance juridique et judiciaire en Guinée, « à travers ce projet, nous avons pu apporter un appui juridique à ces personnes en détention provisoire, dont certains, ont pu recouvrer leur liberté » indique Me Emmanuel Bamba (avocat à la cour) président de la ligue Guinéenne des droits de l’Homme.

Dans l’exécution de ce projet, la Liguidho s’est heurté à beaucoup de difficultés sur le terrain.

Des difficultés liées en grande partie au dysfonctionnement de la justice pénale, selon Me Emmanuel Bamba « certains mineurs n’ont pas d’adresses fixes, ce qui nous permet pas d’obtenir une garantie pour eux.  Autre difficulté, c’est que le personnel pénitentiaire et judiciaire est insuffisant cela ne favorise pas le traitement accéléré des dossiers. Il y a aussi le fait que les lieux de détention sont très précaires  ».

Avant la clôture son projet la ligue Guinéenne des droits de l’homme a formulé plusieurs recommandations à l’endroit des autorités « que l’Etat puisse faire que les palais de justice et les établissements pénitenciers soient reconstruites, il faut mettre en place l’aide juridictionnelle  ».

Ce projet qui a duré 6 mois a permis aux initiateurs de réduire considérablement le taux de détention provisoire. Ce taux qui était à 100% concernant les 215 détenus lors du démarrage du projet, il a été réduit à 39,06% à la fin du projet.


renaissancefmredaction@gmail.com
 +  224 622 70 05 51

À propos Renaissancefm

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*