Search for Common Ground Guinée - Renaissance FM
Accueil » Actu Africaine » Search for Common Ground Guinée
SFCG2

Search for Common Ground Guinée

Les travaux de l’atelier de partage d’expérience sur le mécanisme d’alerte précoce ont pris fin ce vendredi à Conakry. Durant trois jours, les activités de cette rencontre initiée par Search For Common Ground (SFCG) ont permis les leaders religieux, politiques, chroniqueurs et communicateurs traditionnels de se faire une idée sur le concept de radicalisation et l’extrémisme violent.

Compte rendu Micheline Koundouno

Après trois jours d’échange sur des thématiques liées à la résolution des conflits et de l’extrémisme violent, les participants se disent  suffisamment outillés. Ils peuvent désormais marquer sans doute leur participation dans l’atteinte des objectifs visés. Koumba Katherine Sandouno fidèle chrétienne est l’une des participantes.

« Après cette formation,  je suis vraiment fier de la formation parce que ça m’a appris comment mettre fin à l’extrémisme violent dans nos quartiers, dans nos communautés, dans nos religions et la formation m’a rendu capable de pouvoir véhiculer comment éviter cette violence »

Pour permettre aux religieux, politiques, chroniqueurs et communicateurs rationnels de bien définir ce concept extrémisme violent, les facilitateurs ont opté pour une approche participative. Visiblement satisfait de la détermination des participants,  Madou Keita co-facilitateur a un message à l’endroit des bénéficiaires de cette formation

« Le message qu’il y a,  c’est que nous devons faire attention à l’extrémisme violent, les stéréotypes qu’on avait avant c’était du côté religieux seulement mais partout et que le cas spécifiquement guinéen, c’est l’extrémisme  qui est beaucoup plus actif actuellement du côté de l’aspect politique, l’aspect religieux est en veilleuse, mais l’essentiel y’a des signaux  et c’est pourquoi nous nous sommes sur le terrain pour parler de la prévention. A chacun, à tous ceux qui écoutent ce message, il faut que nous soyons ensemble pour travailler, pour ne pas vivre ce que les autres sont en train de vivre dans les pays limitrophes »,

Pour inverser cette tendance au niveau des politiques. Thierno Baïlo Diallo, délégué de l’UFDG à Ratoma II un des participants sollicite l’implication de l’appareil judiciaire dans cette démarche.

« je peux véhiculer le message que j’ai reçu ici sur mes concitoyens,  même à mes adversaires je veux les convaincre de ne pas faire la violence, ça n’a aucune importance, la guinée nous appartienne tous, mais je pense, ce qui peut lutter encore sur l’extrémisme violent, c’est l’Etat, la justice parce que la justice est partiale, forcement il y aura la violence, vous voyez les gens se rendre justice eux-mêmse parce qu’ils disent que l’Etat ne rend pas la justice »

Pour rappel, les activités de cet atelier s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du projet uni dans nos différences. Ce projet vise à promouvoir la coexistence pacifique dans notre pays.

 

Renaissance fm 95.9

 

 

À propos admin

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*